“Respectons-nous les uns les autres” – Les perspectives en 2010 pour les sans abris en France

– Zusammenfassung –

Vor etwa drei Jahren versprach der französische Präsident Nicolas Sarkozy die soziale La­ge der Obdachlosen und Benachteiligten Frankreichs zu verbessern, sodass vor allem niemand mehr gezwungen sei auf der Straße zu leben. Seit dieser Rede ist in Wirklich­keit allerdings nicht viel passiert. Im Gegenteil, zwei einschneidende Ereignisse haben die Situation eher verschlechtert. Mit der großen Wirtschaftskrise strich der Staat seine Ausgaben für die Unterkünfte der Obdachlosen und mit der  harten Winterkälte des ver­gangenen Jahres wurde somit die Perspektive für viele Menschen hoffnungslos. Die Käl­te­toten mehrten sich und Hilfsorganisationen mussten teils ohnmächtig zusehen, da es ihnen an finanzieller Unterstützung vom Staat mangelt, um effektiv eingreifen zu kön­nen. Angesichts dieser aussichtlosen Lage ist Sarkozys Blick auf das Jahr 2010 allerdings unerklärlich optimistisch, indem er verlauten lässt, dass Frankreich mit Beginn des Jahres  die Kri­­se überstanden habe.

_____ 

– Resumen –

Hace más o menos tres años que el Presidente francés Nicolas Sarkozy prometió a los in­digentes franceses mejorar su situación social para que nadie tenga que vivir en la calle. En realidad no mucho cambió desde su  discurso. Al contrario, dos eventos graves han causado que su situación actual sea peor que antes. Al cabo de la crisis económica el Estado redujo el apoyo financiero para los alojamientos de los indigentes y con el gran frío del invierno pasado la situación para mucha gente se volvió muy desesperada.  Los muertos del frío se duplicaron y las organizaciones de carácter humanitario no pudieron ayudar adecuadamente porque tampoco tienen suficiente apoyo financiero por parte del Estado francés.

Teniendo esta situación en mente  el optimismo con el que el Presidente empezó el año 2010 no parece adecuado: „la crisis no afectó mucho al país y el nuevo año será marca­do por un nuevo inicio“.

_____

Il y a à peu près trois ans que le Président français Nicolas Sarkozy a lancé son «Dis­cours pour la France qui souffre » au peuple français en décembre 2006. Face à la pauvreté, l’immigration non- maîtrisée et au manque de logement qui causent l’exclusion sociale d’une grande partie des Français, le gouvernement français décla­rait la priorité nationale absolue à la lutte contre la souffrance sociale. Spécialement la protection des femmes devrait être au centre des efforts de la politique fran­çaise. Optimiste en face de l’avenir, Sar­kozy veut finir avec la hypocrisie et avec le renoncement de la responsabilité et sou­ligner le droit au logement, le droit à l’hébergement et l’égalité de l’homme et de la femme: «Je veux que d’ici à deux ans plus personne ne soit obligé de dor­mir sur le trottoir et d’y mourir de froid». Bien dit Monsieur le Président! Et bien aperçu: il ne suffit pas de proclamer les choses, il faut mettre le principe de res­ponsabilité en pratique! Aussitôt dit, au­ssitôt fait!?

Qu’est-ce qui c’est passé entre-temps? Selon les informations de «arte tv», la situation s’aggrave: En 2007, l’année qui suivait au discours de Sarkozy à la nation française, environ 220 sans abris sont morts à cause des duretés de la rue, en 2008 le nombre augmentait à du moins 337 morts. Le nombre des femmes so­cialement désavantagées pareil a aug­menté d’au moins 10%. La crise éco­nomique de 2008 et 2009 a été spé­cialement frappante pour les plus fra­giles. Le gouvernement essayait d’éco­no­miser en réduisant ses dépenses pour la con­struction des logements et au­jourd’hui 100.000 à 150.000 personnes doivent appeler la rue leur seul logement.

Quand même le projet gouvernemental qui a été déclaré en novembre 2009, pa­raît aussi optimiste que simple: Les lo­ gements provisoires doivent être remplacés par des logements durables. En ce moment, ce sont surtout des orga­nisations d’aide qui essaient à dépasser les barrière sociales, à redonner un peu de dignité aux personnes exclues et à donner un logement aux sans abris. Parmi les organisations, ce sont par exemple «Les Restos du Cœur» qui cherchent à montrer une perspective aux plus pau­vres. À Paris, ses «centres d’héber­gement d’urgence» accueillent chaque soirée 70 hébergés qui n’ont pas seule­ment pas de logement, mais non plus un accès appropriée au traitement médical. Cette année, les risques opposés aux sans abris sont inquiétants grâce au grand froid. Les Restos y réagissent en dis­tribuant chaque semaine des sacs de couchage, des parkas, des bonnets et des compléments alimentaires aux personnes dans la rue. Cependant leur possibilité d’aider de­meure très limitée, l’organisation dépend des donateurs, car l’aide financière de l’état français est insuffisante au regard des grands besoins des gens. Ce qui s’ajoute en plus, c’est l’augmentation des prix des matières premières à cause de la crise. Une situation désespérée pour les plus pauvres de la société.

Contrairement à cela, en présentant ses vœux au Français, Nicolas Sarkozy a co­mmencé l’année avec une attitude optimiste: La France a pu éviter le pire et l’année 2010 va être celle de l’après- crise! Espérons que les sans abris n’ont pas seulement pas de logement mais non plus pas de télévision.

Marieke Wagenhäuser

Advertisements

Teil deine Gedanken / Comparte tus pensamientos

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s